26 févr. 2020

Sortie Intergem Luciole 92 - "L'Etoffe des rêves" au Musée Guimet - Dimanche 02 février 2020

Grâce à une exceptionnelle donation textile, le MNAAG devient le récipiendaire de la plus importante collection au monde de textiles coréens en dehors de la Corée.
Consacrée par son pays comme la plus grande figure de la mode coréenne, Lee Young-hee (1936-2018) a propulsé sur la scène internationale l’image d’une Corée moderne et décomplexée, fière de son illustre passé et de sa tradition raffinée. Puisant son inspiration et sa philosophie dans le hanbok, le vêtement traditionnel des femmes coréennes, son art s’épanouit dans une modernité sans cesse renouvelée, passant de la parfaite maîtrise des formes traditionnelles aux figures aériennes d’un hanbok libéré.

Lee Young-hee entame une carrière de couturière-styliste presque par hasard. Le vêtement coréen va rapidement devenir une passion qu’elle approfondit par des recherches historiques menées avec Seok Ju-seon, spécialiste reconnue de l’histoire du costume. Ensemble elles s’attèlent à une minutieuse reconstitution de vêtements d’après les peintures des rouleaux dépeignant les cérémonies de cour de la fin de la période Choson (1394-1910).
En 1993 Lee Young-hee montre une collection de prêt-à-porter à Paris, et présente un défilé haute-couture l’année suivante. Ses « étoffes de vents et de songes » enchanteront les défilés haute-couture jusqu’en 2016 à Paris, ainsi qu’à New York.
Elle explore tous les matériaux traditionnels (ramie, soie) tout en expérimentant des mélanges nouveaux (fibre de bananier et soie), jouant tour à tour des effets de transparences et de matières rugueuses, faisant de la combinaison traditionnelle (une ample robe s’élargissant sous la poitrine et un très court boléro noué de rubans), un vocabulaire versatile, librement et constamment réinventé.

Le Musée national des arts asiatiques – Guimet a reçu en 2019 la donation exceptionnelle du fonds de textiles de LEE Young-hee de la part de sa fille, Chungwoo LEE, avec le soutien de la fondation DARI.


































































APRES LA VISITE ! 












12 févr. 2020

Sortie Luciole 92 - "Marche et démarche, une histoire de la Chaussure" au Musée des Arts Décoratifs - Jeudi 30 janvier 2020


L'exposition Marche et démarche du Musée des Arts Décoratifs met les chaussures à l'honneur. 

Près de 500 chaussures sont réunies dans les beaux espaces du musée, avec des peintures, des photographies, des films et des archives, pour un grand cours de mode !










David A. : "Attention, pieds sensibles, s'abstenir sous peine d'une marche forcée digne des Enfers ! Le chemin fût riche en émotions et en rires."




Tout est parti d'un soulier porté par Marie-Antoinette en 1792 aux dimensions particulières (21 cm de long, 5 cm de large). Les équipes du musée se sont posés la question : "pourquoi cette chaussure ? Comment les femmes ont pu supporter cet accessoire ?" 































Raïd : "J'ai trouvé cette Exposition moyenne car elle présente une fois la gaieté et une autre fois la tristesse. Il y a aussi un nombre infini de modèles présentés".





A travers 500 paires de chaussures, on remonte le temps à la découverte des différentes façons de marcher, du Moyen Âge à nos jours. C'est une vraie introduction à l'histoire de la mode et de la société ! 

On trouve les chaussures de base portées par les populations du monde entier, mais aussi de nombreuses chaussures insensées, serrées, à plateforme, des chaussures impossibles à porter en marchant...


Catherine : "Superbe Exposition, un peu dérangeante aussi".











On pense aux Ballerina Ultima, chaussures aux accents fétichistes de Christian Louboutin, les chaussures de Cendrillon imaginées par Swarovski et aux chaussures des femmes aux petits pieds en Chine, toutes réunies !











Claudie : "Exposition rigolote et aussi déconcertante, des chaussures de toutes les formes, de toutes les tailles, du bébé au vieux monsieur". 





















































































D'autres chaussures sont vraiment historiques, comme la reproduction officielle de la surbotte à protection de Neil Armstrong lors de son passage sur la Lune, ou bien la paire de chaussures de Marie-Antoinette retrouvée lors de sa fuite.






























LAURA B., EN GRANDE DIFFICULTE ! 
GILLES H., PAS MIEUX !